La pandémie dans les épiceries de monde

Août 2020

La pandémie de COVID-19 a forcé notre industrie à s’adapter rapidement à la nouvelle réalité à laquelle nous devons faire face. Que ce soit la précipitation de la clientèle en début de crise, l’installation de mesures de protection dans les commerces ou encore la hausse importante de commandes en ligne, les détaillants alimentaires ont connu d’importants changements dans leurs opérations. Ces changements n’ont pas eu lieu qu’au Québec, alors que les épiceries du monde entier ont dû s’adapter à la crise sanitaire. Voici quelques similitudes aux quatre coins du globe.

États-Unis

La taille des paniers des consommateurs a largement augmenté depuis le début de la crise sanitaire. Aux États-Unis, la distribution des coupons-rabais a largement été réduite, alors que le prix de la nourriture a augmenté de près de 6 % depuis le 15 mars. Le propriétaire d’un Whole Foods de la ville de New York recommande l’achat de certains produits en vrac, ce qui lui permet de faire des économies et d’aider à maintenir un prix moins élevé pour le consommateur.
Source: ABCNews

Suède

Dans plusieurs pays d’Europe, dont la Suède, les grandes bannières d’épicerie se tournent vers des petits producteurs locaux afin de les aider et d’encourager l’achat local. Alors qu’au Québec, le gouvernement a mis en place la plateforme du Panier Bleu, la Suède a aussi un programme similaire nommé REFRAME, en collaboration avec quelques autres pays de la Région de la mer du Nord.
Source: Foodnavigator

Inde

En Inde, le gouvernement pousse sur la production et l’exportation d’aliments surgelés afin de tirer profit de la hausse de la demande due à la COVID-19, ainsi que de la confiance ébranlée des acteurs internationaux envers la Chine. Le pays a déjà une porte ouverte dans plusieurs marchés de l’Asie de l’Est, mais espère pouvoir atteindre d’autres marchés. Pour le moment, un enjeu de taille est la disponibilité d’infrastructures pour entreposer les aliments surgelés.
Source: Bloomberg

Chine

Alors que les premiers cas de COVID-19 ont été rapportés dans la ville chinoise de Wuhan à la fin de 2019, le pays a mis en place des mesures de confinement strictes. Ce faisant, les consommateurs se sont rapidement tournés vers l’achat en ligne afin de faire leur épicerie. Selon certaines données, le commerce en ligne a augmenté de 100 % depuis le début de la crise, alors que l’on parle d’une hausse de 140 % pour ce qui est des détaillants alimentaires.
Source: Warc

Australie

Lorsque le premier ministre du pays, Scott Morrison, a déclaré l’état d’urgence sanitaire le 17 mars dernier, les Australiens avaient déjà commencé à se ruer sur les épiceries. Comme au Québec, le début de la crise en magasins a commencé par la course au papier de toilette. Dans les semaines suivantes, il est devenu plus difficile de se procurer certains aliments devant une forte hausse de la demande, comme les pâtes alimentaires, la farine, les aliments congelés, ainsi que les produits nettoyants. Les détaillants australiens n’ont eu d’autres choix que d’imposer des limites d’achat sur certains produits.
Source: Insideretail

5 de 603