Politique bioalimentaire

Mai 2022

Le 19 mai prochain, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, tiendra le troisième rendez-vous annuel des partenaires de la politique bioalimentaire. Cette rencontre sera la première en présentiel depuis le printemps 2019. Ce sera l’occasion pour le ministre de faire une mise à jour des avancées des objectifs fixés par la politique bioalimentaire, dévoilée en 2018. L’an passé, notre président-directeur général, Pierre-Alexandre, avait participé à un panel intitulé Accroître la demande pour les aliments québécois. Il a mis en lumière les nombreuses initiatives que les détaillants propriétaires réalisent en magasin.

En vue de cette journée, le ministre Lamontagne a tenu une rencontre avec le groupe tertiaire dont l’ADA fait partie. Le ministre souhaitait discuter de nos enjeux reliés à la durabilité économique et environnementale de notre secteur d’activité. Nous avons évidemment brossé un portrait de notre besoin criant de main-d’œuvre et des défis auxquels nous faisons face, même concernant les approvisionnements. Nous avons rappelé au ministre que dans notre secteur du détail alimentaire, il n’y a pas de programme qui nous permet d’améliorer la performance des magasins. Aucun programme pour l’achat d’équipements (caisses libre-service), aucun programme pour automatiser nos opérations en magasin, comme les étiquettes électroniques. D’un côté, le gouvernement souhaite que nous soyons innovants et que nous investissions, mais nous n’avons aucun support de l’État, contrairement à d’autres secteurs économiques au Québec.

Nous avons également mentionné au ministre que nous comprenons qu’il faut faire notre part pour appuyer des initiatives environnementales, dont la lutte au gaspillage alimentaire, mais qu’il faudrait que les municipalités ou le gouvernement provincial arrêtent d’alourdir nos opérations en magasin, ce qui nuit considérablement à notre industrie.

32 de 32