Gaspillage alimentaire

Août 2020

En janvier dernier, nous avons participé à la consultation de la Ville de Montréal sur leur plan directeur de gestion des matières résiduelles 2020-2025. Malgré l’information qui avait circulé dans différents médias, la Ville de Montréal n’a pas l’intention d’interdire aux détaillants alimentaires de dispenser des invendus. La Ville souhaite plutôt réduire, d’ici 2025, 50 % du gaspillage alimentaire sur son territoire.

Lors de notre présentation, nous avons illustré plusieurs initiatives des détaillants qui permettent de réduire le gaspillage alimentaire : transformation sur place, réduction sur les prix, applications mobiles, participation au Programme de récupération en supermarchés avec les banques alimentaires, dons à des organismes locaux.

Nous avons également rappelé à la Ville de Montréal que les organismes de récupération sont au bout de leurs ressources et qu’il est impossible de prendre du volume supplémentaire. Alors, si Montréal veut assurer un grand leadership à l’échelle nationale, la ville doit dégager un budget pour soutenir financièrement les organismes oeuvrant en récupération alimentaire.

En avril, les recommandations de la commission permanente sur l’environnement ont été déposées à la Ville de Montréal. Sur le gaspillage alimentaire, elle recommande essentiellement de bien le définir pour y inclure l’insécurité alimentaire et de favoriser les alliances et les partenariats avec les commerçants de quartier, les banques alimentaires et les organismes dédiés à la lutte contre le gaspillage alimentaire pour permettre une répartition plus équitable de la nourriture en fonction des besoins de chaque secteur en termes de sécurité alimentaire.

La Ville de Montréal a décidé, à la suite d’une pétition, de consulter plus spécifiquement les organismes sur le gaspillage alimentaire. Nous participerons cet automne à cette consultation additionnelle.

Nous vous invitons à écouter le reportage de Radio-Canada Information, disponible sur notre page Facebook, qui explique en détail les différentes mesures mises en place par un détaillant pour limiter le gaspillage alimentaire.

Un gros merci à Franck Hénot de l’Intermarché Boyer pour avoir ouvert ses portes à l’équipe du Téléjournal de Radio-Canada.

13 de 13