Le gouvernement canadien fait encore la sourde oreille!

Août 2020

Depuis le début de la crise, en réponse aux recommandations de la santé publique, vous avez demandé à vos clients de privilégier les paiements électroniques et sans contact, pour limiter les contacts au maximum entre les employés et la clientèle. C’était la chose à faire sans attendre, puisque cela a permis de rassurer tant vos clients que vos employés. Cependant, vos ratios de transactions par carte de crédit ont augmenté en flèche et, donc, les frais liés à l’acceptation des paiements aussi.

Nous avons décidé de mesurer, avec plusieurs détaillants, la hausse des coûts reliés à l’augmentation des achats par cartes de crédit. En moyenne, les détaillants ont vu leur facture mensuelle bondir de 35 à 50 %. Même si les ventes se sont stabilisées au cours des semaines, les consommateurs ont continué à payer avec leurs cartes de crédit.

À trois reprises, nous avons écrit et transmis nos observations chiffrées au ministre Morneau. Nous vous avons également envoyé un document pour sensibiliser vos élus fédéraux à cette problématique. Le constat est frappant : le gouvernement canadien de Justin Trudeau préfère enrichir les géants du paiement que d’aider les commerçants essentiels. Malgré les nombreux obstacles devant eux, notamment des programmes fédéraux qui réduisent la disponibilité de bassins d’employés, ces derniers n’ont jamais arrêté d’investir dans leurs opérations afin de nourrir leurs concitoyens.

Nous ne demandons pas des millions de l’État, mais un coup de pouce du gouvernement pour toute la communauté d’entrepreneurs qui fait vivre les Canadiens. Avec la multiplication de commerces en activité à la suite du déconfinement des commerces de biens, puis des restaurants, des lieux culturels et éventuellement des bars, ce sont autant d’entreprises qui auront besoin des marges dégagées par LEURS opérations pour survivre. Une baisse significative des taux de cartes de crédit serait un geste porteur pour l’ensemble des entreprises qui font vibrer les artères commerciales d’un océan à l’autre. C’est essentiel pour les villes et villages du pays, mais est-ce que ce l’est pour le gouvernement fédéral?

78 de 81