Réforme de la collecte sélective

Août 2020

Après avoir annoncé un élargissement de la consigne, le ministre Charette a continué sur sa lancée. Il a annoncé qu’il souhaite moderniser, d’ici l’automne 2022, la gestion de la collecte sélective fondée sur le principe de la responsabilité élargie des producteurs. Pour y arriver, il investira un montant de 30,6 millions de dollars pour les trois prochaines années.

Au terme de cette réforme, les entreprises qui mettent sur le marché des contenants, des emballages, des imprimés et des journaux seront responsables de leurs produits du début à la fin de leur cycle de vie. Elles prendront donc en charge leur récupération, leur tri, leur conditionnement et leur recyclage. Actuellement, les entreprises versent une compensation financière aux municipalités et assument 100 % des coûts de la collecte sélective, mais elles n’avaient jusque-là rien à dire sur la gestion des opérations.

En même temps que le ministre annonce une réforme de la collecte sélective, le gouvernement du Québec mène des consultations sur les tarifs 2020 qui, rappelons-le, sont chargés aux entreprises qui mettent en marché les contenants.

Une hausse de plus 20 % est prévue cette année. Cette hausse est principalement due à une chute du prix des matières et à l’augmentation des coûts de collecte par les municipalités.

Est-ce que la « modernisation » proposée par le ministre permettra de stabiliser le marché? Est-ce que cette réforme augmentera l’efficacité de la collecte sélective?

En retirant des matières qui sont présentement « payantes » en élargissant la consigne, notamment les contenants d’aluminium et de PET, cela aura pour effet d’augmenter davantage la facture des entreprises.

La pandémie actuellement a créé des impacts sur les opérations de récupération des matières résiduelles. Selon EEQ, il y a eu une hausse de 12 à 20 % des matières recyclables dans le secteur résidentiel.

Les centres de tri ont adapté leurs opérations et les prix de vente de certaines matières ont diminué. À long terme, est-ce que cette modernisation sera modulée pour mieux adapter l’industrie du recyclable au Québec?

87 de 94