Tome 2: La consigne durant la pandémie en trois chapitres!

Août 2020

Chapitre 1: La crise éclate

À la fin mars, nous avons demandé au gouvernement du Québec d’accepter que la collecte des contenants consignés dans les magasins d’alimentation soit mise sur pause, car il était impensable d’opérer des gobeuses et des retours de bouteilles pendant que des Québécois affluaient, paniqués, dans vos commerces.

Au cours de mois d’avril, vous avez transformé vos magasins : plexiglas aux caisses, stations de lavage des mains, marquage au sol, limitation du nombre de clients par magasin, augmentation des livraisons à domicile, embauche de gardiens de sécurité. Toutes ces mesures vous ont permis d’opérer pour éviter, à vos clients et à vos employés, des éclosions de COVID-19.

Chapitre 2: La réponse

Pour vous remercier de vos efforts, le gouvernement du Québec a prêté une oreille attentive aux pressions intenses des grands brasseurs et il a commencé à vouloir vous imposer une reprise des contenants dans vos magasins.

Pour l’ensemble des détaillants, il n’était pas possible de reprendre des opérations normales alors que ces dernières n’avaient, justement, rien de normal. Les entrées ont été modifiées pour s’assurer de respecter la distanciation physique et les mesures sanitaires obligatoires du gouvernement.

Après plusieurs échanges et sorties médiatiques, une entente a été convenue entre les différentes parties (brasseurs, détaillants, RECYC-QUÉBEC et le gouvernement du Québec). Notre principal objectif était de faire reconnaître au gouvernement qu’il est impossible d’opérer la collecte des contenants en respectant les mesures de distanciation sociale en magasin. Ce principe a été reconnu dans l’entente.

Celle-ci comprenait trois volets : des grandes corvées, des installations extérieures et des affiches pour rediriger les clients vers des lieux de récupération. Cette entente a été signée le 11 mai dernier.

Des centaines de détaillants ont organisé des corvées en collaboration avec des municipalités et des organismes communautaires. Partout au Québec, des millions de contenants ont été récupérés et des milliers de dollars ont été remis à des organismes communautaires. La solidarité et la générosité des citoyens ont été au rendez-vous. De plus, certains marchands ont commencé à installer des sites extérieurs à proximité des magasins et plusieurs ont même loué des locaux pour préparer la deuxième phase de l’entente.

Chapitre 3: Le retour à la normale

Encore une fois, pour vous remercier de vos efforts, le ministre de l’Environnement, sous la « menace » constante des grands brasseurs, a décidé unilatéralement de déchirer l’entente qu’il avait signée deux semaines auparavant sans que le plan initial ait pu porter ses fruits.

Dans un communiqué émis par RECYC-QUÉBEC, il a décrété qu’à partir du 8 juin, partout au Québec, et à partir du 22 juin sur l’île de Montréal, les détaillants devaient reprendre les contenants consignés en magasin comme avant la pandémie.

À la suite de cette décision, nous avons écrit au ministre pour lui mentionner notre incompréhension quant à sa manière cavalière de mettre un terme à l’entente. Nous lui avons illustré qu’il est pratiquement impossible de respecter, dans plusieurs magasins, les obligations dictées par la CNESST sur la distanciation physique en magasin. Nous lui avons également proposé de respecter les investissements des marchands qui ont trouvé des solutions différentes de récupérer les contenants consignés. Nous lui avons demandé des exemptions pour les magasins qui ne peuvent, pour des raisons d’espace et de distanciation, gérer les contenants.

Avant de mettre cette édition sous presse, nous n’avions pas un portrait global de la reprise graduelle de la consigne. Certains marchands continuent d’opérer des sites extérieurs, d’autres ont fait des demandes d’exemption auprès de RECYC-QUÉBEC via l’adresse courriel consigne@recyc-quebec.gouv.qc.ca.

Au cours de cette pandémie, la grande majorité des Québécois a réalisé le rôle essentiel que les détaillants alimentaires jouent dans notre société. Vous êtes présents pour nourrir les gens; pour offrir des produits alimentaires de qualité aux citoyens. Il faudra que les gouvernements s’en souviennent, car les Québécois eux, le savent!

86 de 95